Enfin Rufin revient

 Après deux ratés (Le collier rouge et Check point), Jean-Christophe Rufin renoue avec ses fondamentaux : l’art de raconter une histoire authentique dans un roman d’aventures. Après L’Abyssin et Le Grand Cœur, Le tour du monde du roi Zibeline s’avère un petit chef-d’œuvre que l’on ne quitte plus, si par bonheur, l’on l’a ouvert. La construction est astucieuse avec deux narrateurs différents, et le fait qu’ils racontent leurs périples à tour de rôle devant un Benjamin Franklin conquis rend le récit très vivant. Un narrateur omniscient à la troisième personne eut été plus lourd et moins léger.

À consommer sans modération, et avec gourmandise en faisant le tour du monde en compagnie de ce couple si attachant.

Un polar pour les brigeurs en réelle situation de jeu.

 Le premier polar en réelle situation de bridge : Jean-Claude, commissaire de police à la retraite, est devenu un passionné de bridge. Associé à sa partenaire Cécile, aussi douée que jolie, il commence à récolter des succès mérités dans les tournois régionaux, en attendant de participer à des finales nationales. Mais son ancien métier va le poursuivre, car, curieusement, quelques-uns des adversaires de la paire qu’il forme avec sa coéquipière décèdent dans d’étranges circonstances. Il reprendra alors du service, de façon confidentielle, pour tenter de résoudre l’énigme.

Où le trouver ? https://www.lespresseslitteraires.com/crimes-et-ch%C3%A2timents/

https://www.amazon.fr/mort-frappe-souvent-deux-fois/dp/B06XHHWNT9/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1490020536&sr=1-1&keywords=le+mort+frappe+souvent++deux+fois

http://www.lebridgeur.com/catalogsearch/result/?q=LE+MORT+FRAPPE+SOUVENT